SK1

Editeur : Albin Michel (broché grand format)

Nombre de pages : 585

Stephen King le dit dans la postface (située, comme il se doit, en final, après le roman) de ce roman, son dernier à ce jour(sorti très récemment) : ça fait quelques années que l'idée de ce roman lui trottait dans le crâne, au même titre que deux autres romans qu'il a depuis écrits et publiés (Dôme et 22/11/63, ce dernier étant sorti chez nous en mars dernier). En rajoutant le fait que pas mal de gens (fans, proches, journalistes) lui demandaient parfois s'il comptait écrire une suite à Shining, afin de raconter ce qu'est devenu le petit Danny, tout ceci a fait que King s'est finalement lancé, en 2011, dans ce roman qui, donc, est la suite de ce best-seller prodigieux de 1977, adapté au cinéma par Kubrick en 1979, et en TVfilm (une mini-série) par Mick Garris en 1997 : Shining. Personnellement, quand j'ai appris qu'il allait finalement écrire cette suite, j'étais aux anges, Shining étant un de mes grands préférés de l'auteur avec Ca, Salem et Marche Ou Crève. Cette suite, sortie récemment, donc, 585 pages chez Albin Michel, s'appelle Docteur Sleep. C'est un roman qui peut se lire sans problème si vous ne connaissez pas Shining (on a pas mal d'allusions, mais rien qui ne permet pas de suivre l'action de ce nouveau roman sans avoir lu l'autre), mais il est quand même conseillé de l'avoir lu, afin de mieux apprécier ce nouveau pavé kingien, considéré, au verso de couverture, comme son nouveau chef d'oeuvre. Une belle publicité, évidemment (vous imaginez un texte du style 'nouveau roman pour Stephen King, hélas c'est pas son meilleur' au dos d'un de ses livres ?), mais une publicité qui, franchement, est méritée, justifiée. Car, oui, Docteur Sleep, à n'en pas douter, rejoindra bientôt la clique des Ca, Simetierre, Le Fléau, Duma Key, Dreamcatcher, Sac D'Os, 22/11/63, Dôme, Histoire De Lisey et autres Dead Zone (sans oublier Shining, évidemment) : les authentiques chefs d'oeuvres de Stephen King.

L'action démarre quelques mois après la chute de l'hôtel Overlook. Un peu comme dans le dernier chapitre (l'épilogue, en fait) de Shining, qui montrait Danny et Wendy Torrance, et Dick Hallorann, en été, en train de se reposer, et d'essayer d'oublier ce qu'ils venaient de vivre, on découvre, dans le prologue de Docteur Sleep, ces trois mêmes personnages de survivants d'âge variés (Danny est enfant, Wendy, sa mère, a la trentaine, et Hallorann, le vieux cuisinier noir de l'Overlook possesseur, comme Danny, du Don, a la soixantaine), se remettant progressivement du traumatisme qu'ils ont vécu. Puis, on passe, ensuite à un Danny devenu adulte (une trentaine d'années, fin des années 90) et passablement alcoolique, comme l'était son père Jack. Dan, un jour, se réveille dans le pieu d'une jeune femme qu'il a apparemment baisé, elle est encore endormie, un sachet de poudre blanche se trouve non loin, un bébé de 18 mois aussi... Se demandant ce qu'il a foutu, Dan s'en va, non sans avoir mis la came hors de portée du gosse et pris le peu d'argent qui se trouvait à côté. Danny s'en va, en errance, d'Etat en Etat, et termine sa course dans le New Hampshire, où il se fait engager comme saisonnier dans un petit parc d'attractions local, puis comme aide-soignant dans un hospice pour mourants. Son patron d'un temps (du parc d'attractions), Casey Kingsley, ancien alcoolique, le parraine aux Alcooliques Anonymes. Dan a bien l'intention d'arrêter totalement la tise (il ne boit plus depuis son réveil glauque auprès d'une inconnue qu'il ne reverra dès lors plus).

SK2

Parallèlement, un jeune couple, David et Lucy Stone, donnent naissance à Abra, une charmante fille, en 2001. La fille possède le Don, et va assez rapidement entrer en contact (un contact très primaire d'abord, puis, au fur et à mesure, plus construit) avec Dan, qui ne connaît absolument pas les Stone, mais connaît leur pédiatre, John Dalton, lequel est un autre membre des Alcooliques Anonymes (ou AA). Encore parallèmement, une tribu de marginaux à moitié immortels et aux noms improbables, se surnommant le Noeud Vrai, circulant en camping-cars, passe son temps à traquer les enfants possesseurs du Don, afin de les tuer et d'absorber ce qu'ils appellent leur 'vapeur' (leur pouvoir). Ces sortes de vampires modernes, dont un des leaders est une femme du nom de Rose O'Hara, ou Rose Claque (laquelle arbore toujours un chapeau haut-de-forme), va rapidement se lancer sur les traces d'une fill qui non seulement possède le Don, mais le possède avec une telle intensité qu'absorber sa 'vapeur' pourrait bien faire des membres du Noeud Vrai (qui se considèrent comme les seuls vrais Humains existant, les autres sont appelés les pecnos) des Dieux vivants... Abra, au fil des ans (le reste de l'action se passe en 2013), va entrer en contact avec Dan, contact psychique et physique, et les deux vont s'entraider pour essayer de repousser les assauts du Noeud Vrai,et, si possible, de les mettre hors d'état de nuire. Mais les démons de Danny vnt se réveiller eux aussi...

Docteur Sleep (le titre est une allusion à l'emploi de Dan Torrance dans l'hospice où il travaille : il aide les mourants à passer de l'autre côté, avec l'appui d'un chat quelque peu médium, Azraël, capable de savoir quand telle ou telle personne va y passer ; c'est inspiré d'une histoire vraie, le chat de l'hôpital qui, dans la réalité, s'appelle ou s'appelait Oscar) est une suite remarquable, tardive, de Shining. Tardive car Dan y est adulte (l'action se passe donc bien des années après Shining) et parce que King aura mis le temps avant de l'écrire. Mais l'attente en vaut la chandelle, car entre le plaisir de retrouver, bien changé, un des meilleurs personnages de l'univers de King et le plaisir de lire un nouveau roman de cet auteur fantastique qui n'aura que très rarement déçu dans sa carrière, difficile de dire ce qui est le plus appréciable ici. C'est sans doute un peu difficile, au début du roman, de comprendre qui sont ces membres du Noeud Vrai (c'est expliqué par la suite, mais les premières apparitions de ces personnages sont difficiles à saisir, on se demande qui ils sont, où King veut en venir...), mais mis à part ça, ce roman est un petit chef d'oeuvre, rempli de suspense, avec pas mal d'humour à la King, et c'est aussi, quelque part, une réflexion sur les dégâts de l'alcoolisme (fléau ayant touché le père de Danny dans Shining, Danny et d'autres personnages dans Docteur Sleep, et Stephen King pendant plusieurs années, sans parler de bien des anonymes). Au final, ces 585 pages se lisent super bien (j'ai mis deux jours, mais bon, je sais que je lis vite), et nul doute, donc, que ce roman rejoindra les autres grands classiques de King par la suite ! Un chef d'oeuvre, vraiment !